FANDOM




a [a, ɑ] n. m.
Lettre A
a
A-N.L.I.-a
SOURCES GALLICA
La Grande Encyclopédie
Le Dictionnaire des Dictionnaires
Le Grand Dictionnaire universel du XIX° siècle
Dictionnaire de la langue française d'Émile Littré
AUTRES SOURCES D'INFORMATIONS
Le Littré
XMLittré
Littré.reverso.net
Wiktionnaire
Site de Wiktionnaire.fr
Larousse
Dictionnaire Larousse
DOMAINE(S) DU SAVOIR AFFILIÉ(S)
Modèle:SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES


n.m. Première lettre et première voyelle de notre alphabet et des alphabets à écritures phonétiques, sauf l'éthiopien. Un A. Des A.

Historique de la lettre AModifier

A-N.L.I.-b

Évolution de la lettre A à travers le temps.

L'A nous vient de l'alphabet des Romains et se retrouve au même rang dans l‘aleph des Hébreux et l‘alpha des Grecs. Dans sa forme même, il est emprunté à l'alphabet phénicien, qui l'a pris aux hiérogrammes égyptiens. Les peuples sémitiques, comme les Hébreux et les Arabes, ont conservé à cette lettre le caractère d'aspiration qu'elle possédait en phénicien ; mais les Grecs lui ont imposé, avec la forme que garde notre A majuscule, la valeur vocalique ; cette valeur, les Juifs l'ont gardée à leur aleph, lorsqu'ils se sont servis de leurs caractères pour écrire les langues étrangères. Sans entrer dans le détail des transformations de l'A à travers les siècles, ni surtout des déformations produites par exemple par les difficultés de l'écriture (dans les insciptions lapidaires), ou par les ligatures et la rapidité de la main (dans l'écriture cursive), nous donnons ci-contre un tableau raccourci des principales formes de cette lettre, qui permettra d'en suivre l'évolution.

Notons encore les formes de la cursive dans les écritures connues sous le nom de : mérovingienne, lombarde, wisigothique, irlandaise, anglo-saxonne. On peut se rendre compte que l'a cursif, et l'a minuscule qui en vient, ne sont que des déformations de l'A majuscule.

A-N.L.I.-c

l'A dans les écritures dites nationales

Quant à nos caractères d'imprimerie, on sait qu'ils reproduisent par la gravure d'écriture de calligraphes habiles : c'est ainsi que l‘a grec (α) est celui de Lascaris, et que les Aldes ont emprunté pour leurs italiques l‘a cursif de Pétrarque. En parlant de la forme donnée à la lettre A, on ne peut se dispenser de mentionner les signes dont elle est parfois accompagnée et qui en modifient le plus souvent la valeur phonétique : les accents usités en français, italien, espagnol, etc. ; l‘a tildé portugais, l‘a infléchi allemand, l‘a suédois surmonté d'un o, l‘a cédillé ou nasal polonais. En outre, dans les manuscrits du Moyen Âge et jusque dans les impressions de la première époque, on rencontre un e cédillé pour représenter l'a accompagné d'un e. Il faudrait enfin rappeler la forme qu'affecte cette lettre dans les écritures tachygraphiques (notes tironiennes, tachygraphie italienne des Xe et XIe siècles) et sténographiques.

L'A peut être envisagé sous deux aspects différents : comme son, et comme signe graphique.

Prononciation de l'A en françaisModifier

Dans certains mots, la place de l'A fut longtemps occupé par l'O : généralement, sous François Ier, on écrivait et on prononçait encore pouvoit, vouloit, etc. Postérieurement , on continua d'écrir anglois, françois, etc., mais on prononça comme aujourd'hui, sauf lorsque la rime exigeait l'ancienne consonance. C'est du temps de Voltaire seulement, et en grande partie grâce à lui, que la conformité s'établit peu à peu entre l'orthographe et la prononciation. Théoriquement, le son A, que l'on appelait autrefois la voix A, peut avoir un grand nombre de nuances. Mais, dans notre langue, il n'en a que deux qui soient nettement distinctes : A est fermé ou ouvert. A ouvert est long dans fable, et bref dans patte. A est fermé et long dans pâte. Mais, dans plus d'un cas, la prononciation est incertaine. Le son A, ouvert ou fermé, est ordinairement figuré en français par la lettre A. Mais il peut l'être par un E (couenne, moelle, femme), par un Ê (poêle) et même par un I dans la combinaison oi qui se prononce oua (oiseau). La lettre A, combinée avec une autre voyelle, peut exprimer des sons différents. Voir chacune des voyelles étudiées ci-dessus.

Mode d'écriture de la lettre AModifier

Considéré comme signe graphique, l'A prend différentes formes, soit dans l'écriture, soit dans l'impression : on distingue l‘A majuscule et l‘a minuscule. Il subit en outre de nombreuses modifications, suivant que le caractère est de l'anglaise, de la ronde, de la bâtarde, de la coulée, ou du romain, de l'italique, de la normande, de l'égyptienne, etc.

A-N.L.I.-d

A s'écrit de trois manières : 1° sans accent ; 2° avec l'accent grave ; 3° avec l'accent circonflexe. Il s'écrit ordinairement sans accent : Tabac, Galba. Il est surmonté de l'accent GRAVE, signe purement spécifique, dans les mots çà, , deçà, holà, voilà, déjà, etc. Il est surmonté de l'accent CIRCONFLEXE pour indiquer soit la suppression d'une voyelle, comme dans âge, bâiller, qu'on écrivait autrefois aage, baailler, soit même celle d'une consonne, comme dans âne, âme, qui s'écrivaient autrefois asne (du latin asinus), anme (de anima)

Locutions proverbiales avec la lettre AModifier

  • Depuis A jusqu'à Z, pour Du commencement à la fin : Savoir tout, DEPUIS A JUSQU'À Z.
  • Ne savoir ni A ni B, se dit d'une personne qui ne sait pas même lire, et, par extension, qui ignore les premiers éléments d'une science, d'une art, etc. : Le nombre de gens qui NE SAVENT NI A NI B diminue tous les jours || On dit aussi, dans le même sens : N'y entendre ni A ni B, N'y rien comprendre.
  • Prouver par A plus B, Prouver avec une rigueur mathématique.
  • Marqué à l'A, Qui est de bonne qualité (par allusion à la marque de la monnaie frappée à Paris).
  • Panse d‘A, Partie arrondie du petit a dans l'écriture. On dit figurément : Faire une PANSE D‘A, pour Faire une petite partie d'un travail. N'écrire, ne faire une PANSE D‘A, pour Ne rien faire du tout. Ne savoir PANSE D‘A, pour Ne savoir rien.

L'A employé comme signe abréviatifModifier

  • Algèbre. A et les premières lettres de l'alphabet désignent ordinairement des quantités connues, comme les dernières lettres X, Y, Z, désignent des quantités inconnues.
  • Arpentage. Les A répétés sont employés par les ingénieurs dans les nivellements de terrain, et indiquent une coupe, une démolition ou un nivellement projetés, selon qu'ils sont barrés à droite ou à gauche de la pointe.
  • Astronomie. A ou α sert à désigner la principale étoile d'une constellation.
  • Géométrie. A indique l'une des parties d'une figure qui sert à quelque démonstration : l'angle A d'un triangle.
  • Gravure. Sur les anciennes gravures, les lettres A. P. D. E. signifient avec privilège du roi.
  • Musique. Comme note de musique, A servit à désigner, et il désigne quelquefois encore, pour les théoriciens, la note la, sixième note de la gamme majeure en ut (et la première de la gamme mineure en la). A désigne le la du diapason français de 870 vibrations. || Écrit sur une partition, il indique l'alto et certaines cordes des instruments grattés ou pincés. || En Allemagne, A désigne la note la, ou ton de la.
    A-N.L.I.-e
  • Numismatique. Sur les monnaies de France, A désigne l'atelier monétaire de Paris.
  • Philosophie. Dans la philosophie scolastique, la lettre A indiquait une proposition générale affirmative. (La formule A=A est l'expression de l'identité absolue.) || Dans la philosophie allemande, A s'emploie pour désigner l'absolu.
  • Typographie. A sert à indiquer la première feuille d'un volume, ou le premier renvoi aux notes.

Les autres emplois de la lettre AModifier

  • A privatif. Préfixe qu'à l'imitation des Grecs nous employons dans la composition de certains mots français, pour marquer l'absence : acaule, sans tige ; aphone, sans voix. Devant un mot commençant par une voyelle ou un h, il se change en an. Voir an.
  • A (sans accent). 3e personne du singulier du présent de l'indicatif du verbe avoir. Voir ce mot.
Logo Larousse (1890) Source Nouveau Larousse illustré (1898-1907)


Navigation générale du site de Classicapædia
Wiki

ACCUEIL
CLIQUEZ SUR CE LIEN POUR ACCÉDER À LA PAGE D'ACCUEIL DE CLASSICAPÆDIA

INDEX GÉNÉRAL
0123456789
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

INDEX THÉMATIQUE
ARTSASTRONOMIECHIMIEDROIT ET INSTITUTIONSÉCONOMIE ET GESTION
ENVIRONNEMENTGÉOGRAPHIEHISTOIRELITTÉRATUREMATHÉMATIQUES
MÉDECINEMONDE DE LA MERPHILOSOPHIEPHYSIQUERELIGIONS
SCIENCES DE LA TERRESCIENCES DE LA VIESCIENCES ET TECHNIQUES
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALESSPORTS ET LOISIRSÉLÉMENTS DU DICTIONNAIRE